HOMMAGE

A une Grande Dame qui a transformé ma vie... A Celle à qui je dois énormément et pour qui je n'aurai jamais assez de dévotion et ne saurai suffisamment servir... A ma Maîtresse... A Maîtresse Saadienne.

lundi 30 mars 2015

Plaisir, douleur, chaleur, confiance, confidences... Première partie

Ressenti adressé à ma Maîtresse....


Est-il nécessaire de préciser le bonheur et l'excitation que m'ont apportées Votre invitation à passer, non seulement, une après-midi de jeux mais pratiquement 48h chez Vous ?
J'étais en tous cas assez fébrile en me préparant pour aller chez Vous. Deux  marques de notre précédente rencontre étaient encore visibles sur mon cul (cf. les articles précédents "de l'utilité des lattes..."), et je me doutais bien que je reviendrai avec des décorations supplémentaires... 
Lors de la rencontre précédente...



Au delà de la perspective de m'offrir physiquement à Vous et de connaitre de nouveaux tourments, le fait de passer 2 jours  avec Vous  me réjouissait fortement...

De "petites choses" telles que Vous aider pour la préparation du buffet le midi, pouvoir Vous saluer et Vous servir le café quand Vous Vous levez m'apportent énormément de plaisir!
De même la soirée passée ensemble au restaurant fut un très bon moment pour moi. L'occasion aussi d'échanger, de se connaitre mieux.

Si l'après-midi où je suis arrivé ne fut pas consacrée aux jeux, je n'en ai pas moins été très heureux d'intervenir pour essayer d'optimiser le fonctionnement de Votre ordinateur, de participer aux essais de mise en page que Vous faisiez sur un de Vos blogs, de discuter aussi avec Vous, Votre mari et Dame Freya.

Quand Vous m'avez dit, au retour du restaurant, qu'on allait jouer un peu, je ne m'y attendais pas; l'effet de surprise a rajouté du piment (sourire).
Vous n'avez pas tardé à essayer les menottes en acier que je Vous avais offertes en arrivant.


La position de contrainte que Vous m'avez concoctée, après avoir essayé ces menottes,  était assez inconfortable et dure à tenir, mais comme Vous l'avez dit "c'est une contrainte" et j'en ai apprécié la conception: une barre reliant les 2 menottes me maintenant les poignets écartés; la barre étant elle-même reliée par des attaches à mes chevilles, m'obligeant à rester courbé (et donc cul offert)... 

Dans cette position là, la fessée manuelle, puis avec différents instruments, qui a suivie a eu une originalité particulière, tout mouvement de ma part rendant plus fatigante la position et comme en plus Vous m'aviez attaché des poids aux testicules, quand je bougeais, les poids étaient entrainés dans un mouvement de balancier !
Et, peut-être pour ne pas que je m'endorme à cette heure un peu tardive (rires), Vous avez aussi utilisé la roulette à pics sur des parties sensibles de mon corps: un moyen radical pour me faire bouger...




J'avais d'ailleurs beaucoup de mal à tenir la position; j'ai du à plusieurs reprises poser les mains au sol et lorsque Vous m'avez "délivré" de ces contraintes, j'ai mis un petit moment à me débloquer...


Vous aviez remarqué dès le début que des traces de notre dernière rencontre étaient encore visibles sur mon cul (efficacité des lattes, entre autres !) et avez décidé que Vous épargneriez un peu mon cul pour éviter des complications (merci ma Maîtresse !) . La flagellation du soir ne fut donc pas trop sévère et Vous m'avez annoncé que le lendemain serait plutôt un travail du dos et des seins avec des contraintes...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire