HOMMAGE

A une Grande Dame qui a transformé ma vie... A Celle à qui je dois énormément et pour qui je n'aurai jamais assez de dévotion et ne saurai suffisamment servir... A ma Maîtresse... A Maîtresse Saadienne.

dimanche 19 janvier 2014

Une oeuvre inachevée... troisième partie.

Préambule
Pour un œil "extérieur", une flagellation peut ressembler à une autre... 
Il faut savoir en tous cas que pour moi, aucune des situations de flagellation que j'ai subies de la part de ma Maîtresse n'a été identique et le ressenti n'est jamais le même...
Au delà du choix des instruments, au delà de la force et du nombre de coups portés, il y a (de mon point de vue) un véritable échange entre ma Maîtresse et moi, qui se manifeste par des regards, des mots, des gestes, qui ne sont jamais les mêmes...
En ce sens, les vidéos laissent souvent un peu mieux percevoir cet échange que de simples photos, même si elles ne peuvent suffire à exprimer mon ressenti.
Pour d'autres situations de domination plus statiques, les photos seront plus intéressantes (contraintes par exemple). 
Des photos bien choisies et bien réussies peuvent aussi être très belles et très expressives... comme le montre en particulier un article du blog de ma Maîtresse:
Mais j'invite mes lectrices et lecteurs à me faire part en commentaire de leur point de vue...  trop de vidéos ? pas assez ? équilibre correct ?
Je conclurai cette introduction en rappelant que pour moi, le plaisir que je ressens à être dominé par ma Maîtresse ne se limite pas au simple fait de souffrir, même si je ne peux nier que je recherche cette souffrance. 
Le plaisir d'offrir cette souffrance à ma Maîtresse, le plaisir de LA voir s'amuser, le plaisir de l'entendre commenter les tourments qu'Elle me fait subir ou va me faire subir, de ressentir le contact de ses mains à certains moments, de croiser son regard... sont autant de composantes essentielles dans l'envie de m'offrir à Elle et dans le plaisir global que je peux en retirer !
J'essaie de faire apparaitre ces composantes dans mes récits et les photos et vidéos qui les illustrent; photos et vidéos que je dois au mari de ma Maîtresse et occasionnellement aussi à ma Maîtresse, rappelons le.

************************** 

Début d'une nouvelle série au martinet, avec... double ration (60 coups...)
Les coups deviennent de plus en plus mordants et je me débats involontairement malgré les injonctions de ma Maîtresse, à qui j'essaie pourtant d'obéir...
 


Ma Maîtresse poursuit la flagellation avec la canne, et comme on peut le voir sur la vidéo, ne me ménage pas ! Et rétrospectivement, je me dis que c'était très bien ainsi !

Puis, c'est le fouet à fils électriques... ma Maîtresse me fait deviner de quel instrument il s'agit et je devine rapidement... je ne doute pas un seul instant que je vais souffrir...
J'ai par moments l'impression que certains coups me transpercent le corps et de ne plus avoir de peau à certains endroits...




Je compte les coups, sans savoir quand Elle va s'arrêter !

En écrivant cet article, je revois avec beaucoup de plaisir ma très belle Maîtresse exécuter avec élégance ces gestes qui m'ont fait souffrir.

Et ce n'est pas fini...


2 commentaires:

  1. Bonsoir Ludic

    J'apprécie beaucoup ce "préambule" et l'ensemble de ton article comme ceux déjà publiés!
    Si je ne juge pas nécessaire d'y ajouter des commentaires, c'est que ton ressenti décrit avec tes "mots," suffisent à compléter les vidéos publiées.

    Se revoir , après une rencontre, en visualisant ces extraits de film, permet aussi d'apporter son jugement sur les échanges.

    Même, si ces pratiques, selon les instruments utilisés, semblent se répéter , être identiques aux précédentes, je partage tout à fait ta conclusion en précisant que chaque séance est "unique."

    Saadienne

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir à vous.
    Effectivement, si l'on ressent, si l'on vit et partage ces moments entre soumis et Dominant, une même pratique n'est jamais identique à la précédente de par la cérébralité, la sensibilité, le ressenti du moment.
    Freya

    RépondreSupprimer