HOMMAGE

A une Grande Dame qui a transformé ma vie... A Celle à qui je dois énormément et pour qui je n'aurai jamais assez de dévotion et ne saurai suffisamment servir... A ma Maîtresse... A Maîtresse Saadienne.

mercredi 24 juillet 2013

Des aiguilles et autres sévices... Deuxième partie.(rétrospective 2011-2012)

Elle me détache de la chaise et me guide vers, je pense, le canapé, sur lequel Elle s'assoit et me fait allonger sur ses genoux.
Commence alors une fessée, très douce au début, puis de plus en plus forte. Mais quel plaisir ! Etre ainsi fessé par Elle sur ses genoux, aussi percutante soit la fessée, est un véritable bonheur. Je savoure chaque contact de ses mains, aussi cuisant soit-il. Je sens à nouveau mon sexe qui se durcit ...




Elle me fait me relever et tenir debout les mains derrière la tête et m'informe qu'Elle va utiliser les verges, mouillées pour améliorer l'efficacité...

Je dois compter les coups, à nouveau sans savoir combien je vais en recevoir... Rapidement, je sens la chaleur envahir mes fesses... J'essaie de ne pas trop bouger à chaque coup reçu, mais c'est difficile...


Après m'avoir infligé quelques dizaines de coups (je n'ai pas retenu le nombre exact), Elle me dit qu'Elle va utiliser un nouvel instrument. Je ne connais pas son nom, mais j'ai effectivement pu voir, pendant que je l'attendais, à mon arrivée, sur la table de travail, un instrument de flagellation non identifié à côté des verges.
A nouveau, je dois compter (ou décompter) les coups; une impression aussi douloureuse que les verges, mais légèrement différente lors de l'impact sans doute lié à la largeur de l'impact...

Je commence alors ma danse du cul...

Puis, Elle passe à la cane; je dois compter les coups; instrument redoutable qui me coupe un peu la respiration et j'ai parfois du mal à compter. Chaque coup me donne l'impression de pénétrer dans ma chair. Ma danse du cul devient plus endiablée...



Elle décide ensuite d'essayer le martinet à fils électriques que je lui ai offert. N'ayant pas l'habitude de l'utiliser, Elle démarre plutôt délicatement et les premiers coups me paraissent relativement doux par rapport à la cane. Puis petit à petit, Elle prend l'instrument en main et les coups deviennent nettement plus cuisants; quelques coups aussi sur les épaules et dans le dos.

 "tu aimes çà, demande t-Elle ?" Je balbutie "Oui, Maîtresse"

Elle continue alors sur mes fesses déjà bien échauffées. J'ai beaucoup de mal à rester immobile, n'étant pas attaché...Pas de doute, les gémissements du soumis Corto dans la vidéo de Maîtresse Coco ne devaient pas être feints ! Et encore, je pense que ma Maîtresse n'a pas donné le maximum de force à ses coups...

Puis, Elle m'informe qu'Elle va essayer le fouet électrique. Elle m'enlève ma cagoule pour que je lui montre le fonctionnement d'un électro stimulateur que je lui ai amené pour alimenter le fouet électrique. J'ai alors le plaisir de revoir son visage et son sourire.
Une électrode fixée aux testicules, l'autre reliée au fouet. Quelques tentatives où je ne sens rien ou pas grand chose. Elle augmente l'intensité; je commence à sentir les impulsions électriques, surtout lorsqu'Elle applique le fouet sur les parties sensibles. Elle augmente encore l'intensité, mais me demande systématiquement si c'est supportable. Je commence à gigoter sérieusement à chaque contact avec le fouet, surtout sur le sexe (et particulièrement sur l'extrémité du pénis) et sur les seins. Comme je me tortille dans tous les sens, sous l'effet des impulsions électriques, Elle me demande amusée " Qu'est-ce que tu fais ? La danse du ventre ou autre ? "


Elle me fait me pencher et tenir mes chevilles, jambes écartées et m'inflige par derrière quelques "caresses" électriques  sur les testicules et entre les fesses qui me font faire des bonds.
Elle diminue l'intensité dans le but de me faire jouir; mais le principe même du fouet fait que les impulsions arrivent un peu sous forme de décharges, même si elles ne sont pas très fortes, et l'effet escompté n'est pas au rendez-vous...
Elle me fait mettre ensuite debout, les jambes écartées, prend mes mains dans les siennes, bras tendus en avant et m'envoie ainsi des coups de pieds dans les testicules; coups qui restent très modérés (et infligés pieds nus) mais qui me font tout de même bondir sous la douleur.
Elle ne prolonge pas longtemps ce traitement dont tout être masculin normalement constitué connait l'effet redoutable...

Elle me propose alors de me masturber devant Elle. Mais je dois vite reconnaître que je suis incapable, dans l'état où je suis, de me faire jouir...

Elle s'assoit ensuite sur le canapé et me demande de lui masser les pieds.  J'avais déjà eu l'occasion de lui masser les pieds et j'y avais pris beaucoup de plaisir (voir le récit de notre deuxième rencontre) . A nouveau, j'exécute cette demande avec un bonheur certain. Une manière de lui exprimer ma reconnaissance, ma dévotion; une manière .de lui rendre une infime partie du plaisir que j'ai éprouvé tout au long de cette séance... Une occasion aussi de discuter avec Elle...
Puis, pendant que je lui tiens le cendrier toujours accroupi à ses pieds et qu'Elle fume une cigarette, Elle me masse délicatement le sexe avec ses pieds... Bien que n'étant plus capable de bander et de jouir, je ne déguste pas moins chaque instant de ces moments de bonheur et de relaxation.

Ma Maîtresse m'autorise à me rhabiller. On prolonge encore un peu la discussion pendant qu'Elle range son matériel. Elle me montre les aiguilles utilisées; on parle du ressenti, des dernières vidéos mises en ligne par Maîtresse Coco ...
Je prends congé de ma Maîtresse et de son mari que je revois brièvement au moment de partir. Je sais qu'il a été présent partiellement pour faire des photos, toujours aussi discrètement. Par moments, je ne devinais sa présence que par le flash de l'appareil photos dont j'apercevais un peu la lueur malgré la cagoule.

Je quitte le donjon la tête pleine de très beaux souvenirs...


Cet article appartient à la catégorie "rétrospective 2011-2012". Y figureront à terme tous les récits de nos rencontres depuis notre première rencontre jusqu'à début 2013. Il s'agit de tout le chemin BDSM parcouru dans cette période là en compagnie de ce guide merveilleux qu'est ma Maîtresse. Même si les différentes étapes de notre très beau parcours resteront à jamais gravées dans ma mémoire, elles ont toute leur place sur ce blog.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire