HOMMAGE

A une Grande Dame qui a transformé ma vie... A Celle à qui je dois énormément et pour qui je n'aurai jamais assez de dévotion et ne saurai suffisamment servir... A ma Maîtresse... A Maîtresse Saadienne.

dimanche 14 juillet 2013

BDSM et punitions ; quatrième partie : vidéo de la punition

Ma Maîtresse et son mari ne m'ont pas laissé partir comme çà après une telle punition. Ils m'ont invité à monter chez eux pour regarder les photos et la vidéo de cette flagellation. J'étais encore dans un état second mais j'ai apprécié de rester un peu en leur compagnie, de revivre tout de suite ces douloureux moments, mais aussi de voir ma Maîtresse en train d'exécuter cette punition.


Une punition  menée selon moi de manière exemplaire: depuis son annonce (suivie d'une attente très dure à supporter) jusqu'à la fin de son exécution et son pardon. Une grande sévérité, mais pas de cruauté (cf. le tapis posé sous mes genoux, même s'il n'est pas resté longtemps...). Et , à aucun moment, je n'ai ressenti un quelconque esprit de vengeance...



Incontestablement une étape importante dans ma soumission à ma Maîtresse...






(*) Le code pour la vidéo est "JeuxdeDames"
 

5 commentaires:

  1. Bonjour Ludic,

    Vidéos qui confirment que cette punition fut appliquée avec quelques accessoires redoutables (martinet fils électriques)

    " Qui aîme bien, châtie bien!"
    Curieusement, je n'aime pas "punir" dans certaines conditions!

    Saadienne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma Maîtresse. Je sais que ce n'était pas par plaisir pour Vous. Et pour moi, ce fut une épreuve (l'an dernier à la même époque fut une période difficile), mais j'en assume la pleine et entière responsabilité et, comme je l'ai dit, cette punition fut très utile pour mon éducation de soumis ! Il m'appartient de faire en sorte que Vous n'ayez plus besoin de me punir ainsi.
      Très respectueusement à Vous

      Supprimer
  2. Bonsoir Ludic,
    superbes vidéos, tant pour la forme (la qualité est très bonne. J'espère que cela incitera votre Maîtresse à tenter à nouveau sur son blog les images qui bougent. Son désir de perfection est tel qu'elle avait déclaré une première expérience insuffisante, je m'en souviens) que pour le contenu.
    Qu'aviez vous fait pour mériter cette correction ? Après tout, que nous importe. Que cela reste entre votre Maîtresse et vous.
    Vous l'avez reçue avec courage et dignité. Les soubresauts que vous ne pouviez maitriser ne compte pas (ce que votre Maîtresse appelle joliment "la danse du cul"). Je ne comprends que trop bien votre sentiment de libération, une fois votre faute admise et bien comprise, qu'a pu vous procurer cette cuisante expiation. Le soulagement de la connivence retrouvée avec cette somptueuse Maîtresse, qu'elle a permis. C'est d'une grande Dame de pouvoir faire preuve de cette sévérité intransigeante quand elle est nécessaire. Son élégance et sa maîtrise de ces douloureux instruments (dont on ne doutait pas le moins du monde) sont encore plus patents que sur les photographies.
    Visionner ces vidéos immédiatement après la séance a du être tout à la fois très troublant et forcément un peu humiliant, en présence de la principale protagoniste et de son époux cinéaste.
    Troublant de penser aussi à tout ceux qui, comme moi, moitié compatissant, moitié envieux, vous regarde subir votre sévère châtiment.
    Merci à Madame Saadienne, à son mari et merci à vous, Ludic, de nous en faire profiter.
    jacques Ouille

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Jacques Ouille,

      C'est justement ce sentiment de connivence, de complicité, retrouvés, qui m'a fait apprécier tout particulièrement le visionnage des vidéos et photos en leur compagnie. De plus, il y avait sans doute une volonté, tout à fait louable, de leur part de ne pas me laisser repartir tout de suite après ce traitement...

      Merci pour votre commentaire.

      Supprimer
  3. c'est très émouvant d'entendre vos deux voix ... très belle vidéo

    RépondreSupprimer